FONDATION DU LIMITE LARSEN THEATRE

jeudi 17 janvier 2013, par Hugo Musella

Toutes les versions de cet article :

  • [français]
Suite à la création de "Molière l’intégrale et autre histoires. Enfin surtout d’autres histoires parce que Molière, bon..." Céline Ottria et moi-même avons décidé de monter notre propre structure de création théâtrale tournée vers le concert de théâtre.

Un ACTEUR est, selon le Robert, « une personne qui joue des rôles ou une personne qui joue un rôle important, qui prend une part active ». Un SPECTATEUR est, selon le même Robert, le « témoin d’un incident, d’un événement, d’un spectacle ».

En tout état de cause, le LIMITE LARSEN THÉÂTRE se définit comme un groupe d’artistes prenant une part active et engagée dans le débat public en créant des événements artistiques, au mieux, des incidents, au pire, dont un spectateur, au moins, sera le témoin.

Au moins un. Un spectateur rencontrant un acteur. La donnée irréductible de la représentation théâtrale est celle de la rencontre et donc celle de la langue.

(LANGUE : « Fonction d’expression de la pensée, et de communication entre les humains ». Le Robert, 2005)

Et voilà le cœur de notre travail : le langage. Au cœur du monde, il en est à la fois le témoin et le sculpteur. En témoignant des événements, on les nomme, et en les nommant, on les modifie.

Notre langue théâtrale est faite, sans hiérarchie, de musiques, de mots, d’images et de gestes (sur scène, un geste est un mot, une note est un mouvement). Elle est libre de réinventer à l’envi ses partitions narratives. Protéiforme, elle sait s’enrichir du réel des rencontres que nous provoquons.

Toutes les infos sur limitelarsen.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette